Samedi 25-10-2014
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 

Notice: Undefined variable: art_urlphoto1 in /home/maghreb/public_html/detail_actualite.php on line 127
Agriculture  
 
 
 
Production de miel : Une baisse de 40% attendue en 2013
 
 
Mise à jour : 29-06-2013
 

La production nationale de miel devrait chuter de 40% cette année par rapport à la saison précédente en raison des conditions climatiques défavorables qui ont affecté la floraison dans plusieurs régions du pays, a indiqué à Alger le président de la Fédération algérienne des associations d'apiculteurs (FAAA), M. Mohammed Lakhal.
"La saison qui n'est pas encore achevée s'annonce mauvaise et on s'attend à une baisse de 40% de la production nationale de miel", a indiqué M. Lakhal à la presse lors de l'ouverture de la 6ème édition du salon régional du miel qui se tient du 26 juin au 7 juillet à la rue Hassiba Ben Bouali à Alger. En 2011 la production de miel a atteint 5.200 tonnes contre 4.800 tonnes en 2010. Les conditions climatiques marquées par de fortes pluies au printemps ont pénalisé les apiculteurs qui ont récolté "très peu de miel d'oranger" dans la Mitidja, plus grand verger agrumicole du pays.
Au nord, la production du miel d'oranger, récoltée entre avril et juin, a chuté de 80% cette année par rapport à 2012, selon M. Lakhal. Les professionnels misent sur l'eucalyptus dont la floraison s'étale de juin à août pour récolter des quantités appréciables, mais à cause du vent la moisson risque d'être compromise, selon Naïma Slimi, représentante de l'association de l'élevage apicole de la wilaya de Tipasa. Même le jujubier, dont le miel est très demandé, n'a pas été généreux cette année parce que la floraison a pâti de la baisse de la température minimale et de la clémence de la maximale au Sud et dans les Hauts plateaux, explique cette jeune apicultrice qui évoque aussi la prolifération des vols de ruches durant les périodes de transhumance.
"Seuls les grands apiculteurs qui ont de gros moyens pourront s'en sortir", estime, pour sa part, Mustapha Ziadi apiculteur de Douaouda (Tipasa) qui est rentré avant-hier de la wilaya de M'Sila où il a fait transhumer ses ruches. Ce jeune de 29 ans appréhende une éventuelle spéculation et l'intrusion de "certains opportunistes" qui profiteront de la baisse de la production nationale, pour introduire des produits contrefaits.
"Ce déficit va ouvrir la porte aux spéculateurs", a averti Mustapha, devenu apiculteur depuis 2008 grâce à une formation dans le domaine et une aide de l'Etat.

Les prix du miel flambent
Le président de la FAAA a révélé, dans ce sens, que la fédération avait adressé une correspondance aux services des Douanes algériennes pour les informer de la baisse de la production nationale et réclamer un contrôle strict des importations de miel. "Nous avons informé le ministère des Finances et les Douanes des prévisions de production pour cette année afin qu'ils prennent des dispositions face à une éventuelle augmentation des importations de miel contrefait", a-t-il dit.
La chute de la production a poussé les prix vers le haut-notamment pour le miel de fleurs d'oranger qui est passé de 1 600 DA/kilogramme l'année précédente à 2 400, voire 2 600 DA actuellement. Celui du jujubier a grimpé de 2 600 DA/kg jusqu'à 3.600 DA. Le prix du miel d'eucalyptus est passé de 2.400 à 3 000 DA/kg, a-t-on constaté au niveau de cette manifestation commerciale à laquelle participe une vingtaine d'apiculteurs, soit un peu moins que l'édition précédente. Certains apiculteurs n'ont pas pu être présents du fait de leur déplacement à l'intérieur du pays pour effectuer leurs transhumances. Outre une dizaine de types de miels exposés à la vente, les exposants venus d'une dizaine de wilayas du pays font la promotion des autres produits de la ruche comme le pollen, la gelée royale (sur commande) et d'autres crèmes dermatologiques. Les organisateurs réservent aux visiteurs des dégustations, des informations sur les vertus des produits exposés, de la vulgarisation et des prix promotionnels, selon M. Lakhal.
La filière apicole compte quelque 200 000 apiculteurs regroupés dans une trentaine d'associations.
Saïd I.

 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 

Notice: Undefined variable: art_urlphoto1 in /home/maghreb/public_html/detail_actualite.php on line 295
Location des aires de pacage à Naâma : Plus de 169 000 hectares de réserves steppiques délimités
 

Une surface de plus de 169 000 hectares de réserves steppiques a été délimitée par le Haut-Commissariat au développement de la steppe (HCDS) ...

Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 116,76   $/baril
WTI New York 106,34   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 21 29 71 84
Rédaction        :TEL+213 21 23 44 54
                         TEL+213 21 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous