Lundi 12-12-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Conjoncture  
 
 
 
Priorit, ne pas chuter
 
 
Mise à jour : 12-01-2017
 

Sur les territoires dits arabo-musulmans et les territoires musulmans non arabes, entrent en confrontations des intérêts étrangers. Idem pour les territoires africains. Ça ce n'est pas une nouveauté. Des intérêts nationaux, ou plutôt locaux et internationaux peuvent se rencontrer, se croiser et aller dans la même direction. Au sein d'un de ces pays ciblés, pour des clans, l'intérêt est de s'allier à telle puissance extérieure et pour d'autres clans, l'intérêt  est de s'allier  à d'autres puissances concurrentes. Russie d'un côté et Occident de l'autre.
Comment creuser l'écart en termes de capacité à pouvoir dominer les autres ? Continuer à augmenter en puissance pour être au-dessus des puissances qui pourraient remettre en cause son hégémonie ou seulement se satisfaire des moyens à leur disposition pour empêcher la montée des puissances pouvant à terme  devenir des adversaires potentiels ?  Creuser l'écart ou maintenir celui qui existe ?
Les Etats-Unis tentent à chaque évènement politique ou sécuritaire de remettre le débat sur le terrorisme pour se donner les raisons de faire entreprendre à l'extérieur la mise en œuvre d'un programme qui assure leur domination. Chaque pays est ainsi promu à jouer le rôle de sous-traitant et de pièce dans la géostratégie américaine. Cela n'arrange pas les Américains si le terrorisme ne manifeste  pas sa virulence dans les pays euro-africano-arabes. Nous pourrions y ajouter l'Asie. La Qaida (pour ne parler que d'un ancien mouvement classé terroriste est pratiquement dans les mêmes dispositions à faire des calculs, à élaborer des stratégies, avec l'espoir que les Etats-Unis entrent dans leur jeu.
La politique américaine a contribué pour beaucoup à élargir les rangs de la Qaida et la Qaida a contribué  pour beaucoup à faire avancer les forces américaines jusqu'aux frontières de la Russie. Pas trop lointaines de la Chine.
Mais, en ce moment, les pays arabes, ont  d'autres préoccupations plus immédiates que celles qui consistent à penser au terrorisme. Comment s'immuniser  contre le nouveau virus qui s'appelle " printemps arabe " ?  Il y en a que le printemps a déjà emporté. Alors, le terrorisme se présente comme un moindre danger. Il est dangereux pour les pays mais pas pour  les régimes.
Où se joue-t-il l'avenir du terrorisme mondial ? Là où les Américains l'ont fixé. La zone saharo-sahélienne. Uniquement les pays arabes et les pays africains. On ne parle pas d'autres zones mondiales. Le sort  du terrorisme  porté sur les seules épaules de quatre pays? Idem pour le sort de la démocratie mondiale, de la sécurité collective ? Si cela est ainsi,  pourquoi alors le financement de cette lutte n'est-il pas assuré par la communauté mondiale ? Pourquoi alors les pays riches ne s'acquittent-ils pas de leur tâche en finançant un plan Marchal  pour les pays dits du champ ? Ce serait vraiment un minimum pour ces pays que de payer pour que leur propre protection (ou leur propre sécurité) soit garantie. On ne parle plus de la redéfinition sous auspices onusiennes du contenu du concept de terrorisme. Cela ne nous interdit pas quand même de coordonner la lutte  dans cette région.  Nous pensons que par-delà les conventions africaines de lutte globale contre le terrorisme,  le plus important dit-on,  réside dans le consensus sur la nature de l'acte à incriminer afin que des perceptions diverses n'en paralysent pas la lutte ainsi que les missions d'Afripol. Il y a également un autre facteur qui pourrait rendre inefficaces  les immenses efforts menés pour " solidariser " la communauté internationale. C'est celui de la criminalisation du paiement des rançons. Comment sanctionner les grandes puissances qui cèdent au chantage ? Et si , devant l'insuccès de la lutte au niveau de notre région, les grandes puissances tenaient à intervenir militairement ?  
N. B.

 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Pour ses dbuts sur une bourse mondiale : Dmarrage en fanfare du bitcoin
Russie : Gazprom bat son propre record d'exportation de gaz en Europe
9me Congrs de l'UJSARIO: Les travaux des commissions adopts
Pour la supervision centralise et la gestion des performances Un nouveau centre Monitoring et Diagnostic au profit de Sonelgaz SPE
Politique de subvention : Les snateurs demandent l'acclration du processus de ciblage
 
 
 
Se rveiller sur instructions
Les faibles et les forts n'ont pas la même perception de la souveraineté nationale. Pas la même perception des moyens à utiliser pour préserver ...
   
  Lire la suite
 
 
Attention au retour d'un passif extrmement lourd !
 
La nouvelle génération d'Algériens qui s'intéresse peu à certains sauts politiques dans le vide, rêve ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous