Dimanche 25-02-2018
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Conjoncture  
 
 
 
Le mme constat et les mmes remdes ?
 
 
Mise à jour : 14-02-2018
 
Dans toute économie -ou plutôt dans tout pays-, ce ne sont pas les intérêts apportés à l'économie -ou plutôt aux affaires ; certains disent climat d'affaire- qui vont manquer, tout le temps, éternellement. 
Alors que prioriser, les intérêts particuliers, l'intérêt général ou "l'un dans l'autre", possible compromis ? Accélérer le développement comme le disent ceux qui veulent réellement y participer et qui pensent plus particulièrement qu'il est nécessaire que les pouvoirs publics les associent à la définition d'un nouvel ordre interne économique qui consacre le fait que nous sommes encore dans la phase de transition économique ? Accélérer les importations comme le veulent ceux qui ne sont intéressés que par le gain rapide et assuré afin de profiter de la période où existe encore la distribution de la rente avant de réunir les conditions de leur installation ailleurs pour que leur descendance sorte définitivement de la crise ? C'est pratiquement le même constat qui revient constamment à l'ordre du jour, invariablement, pratiquement avec les mêmes mots, les mêmes défis qui "restent" à relever. Les économistes interviennent chacun avec ses idées, chacun avec son modèle, mais, les mêmes problèmes évoqués d'année en année demeurent. De toute façon, les économistes n'y peuvent rien, car ce sont les "politiques" qui décident. Les opérateurs économiques algériens, ceux qui ont conscience que c'est à eux de développer l'économie de leur pays, et non pas ceux qui conçoivent que leur avenir se trouve ailleurs, ou ceux qui exportent frauduleusement les sommes en devises amassées on ne sait trop comment, pensent qu'il est plus que nécessaire que des réformes supplémentaires soient mises en œuvre pour tenir compte de leur capacité à s'adapter aux exigences d'une concurrence internationale. Quand le taux d'exploitation des capacités installées est trop faible, la mondialisation, la récession économique des grandes puissances et leurs implications sur notre pays devraient nous inciter plutôt à nous demander ce que devrait être le modèle économique et social que nous devrions peut-être créer ou en adopter un autre sachant que le modèle libéral tel qu'il fonctionne n'est pas une réussite, pour nous. L'économie de marché est plutôt un abattoir vers lequel nous nous dirigeons, résignés. Mais, y a-t-il une alternative au libéralisme, lequel libéralisme était présenté comme alternative au socialisme? 
N. B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Complexe de la navigation arienne Tamanrasset : Un contrat algro-espagnol pour l'acquisition d'quipements
21e journe de la Ligue 1 Mobilis: Le CSC respire, le MCO confirme
Bourses Les actions europennes terminent la semaine sans direction
Projet d'accord UE-Maroc paraph en janvier : Le Polisario n'a "pas t consult"
Toujours en progression : Le ptrole reste influenc par la baisse des stocks amricains
 
 
 
Un dialogue permanent dans un cadre ...
Si l'opposition, dont certains chefs se sont montrés solidaires est des " alliés " bien affichés des acteurs de la protesta, c'est qu'on ...
   
  Lire la suite
 
 
Les torches de la nuit
 
Toutes les mesures sont prises pour garantir le droit  constitutionnel à l'enseignement de nos enfants. Ce principe rappelé jeudi ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous