Lundi 11-12-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Sur la tenue d'lections lgislatives : Le Parlement britannique vote
 
 
Mise à jour : 20-04-2017
 
Les députés britanniques ont voté mercredi sur la tenue d'élections législatives anticipées le 8 juin, élections demandées par la Première ministre conservatrice Theresa May au motif d'avoir "une main plus forte" pour négocier le Brexit.
Le débat parlementaire devait démarrer aux alentours de 12H30 (11H30 GMT). Il ne devrait pas durer plus de 90 minutes avec un vote prévu vers 14H00.
Mme May, qui a pris tout le monde de court mardi en appelant à des élections anticipées, a besoin de l'aval des deux tiers de la chambre basse du Parlement de Westminster pour appeler les Britanniques aux urnes avec trois ans d'avance.
Un résultat qui paraît a priori acquis, Jeremy Corbyn, le chef du Parti travailliste, la principale formation d'opposition, ayant annoncé qu'il y était favorable, même s'il joue sa tête. Le Labour est en effet distancé de 21 points par les conservateurs dans les derniers sondages et s'il "subit une défaite sévère, Corbyn partira", pronostique Wyn Grant, professeur de sciences politiques à l'université de Warwick.
Une faiblesse dont Mme May veut profiter pour conforter sa majorité, actuellement de 17 sièges. Les premières projections indiquent que les Tories pourraient renforcer leur majorité à plus de 100 députés, sur les 650 que compte la Chambre des Communes. "May en route vers une victoire électorale écrasante", titre le Times. Si les critiques accusaient mercredi Mme May, qui a démenti pendant des mois vouloir bouleverser le calendrier électoral, d'agir par pur opportunisme, elle a assuré que ses opposants ne lui avaient pas laissé le choix. Malgré le soutien apporté en mars par le Parlement au déclenchement de la procédure de divorce avec l'UE, elle dit craindre des blocages qui affaibliront la position de Londres dans les négociations avec Bruxelles qui doivent démarrer début juin. "Les partis d'opposition avaient l'intention d'entraver le processus du Brexit", a-t-elle déclaré mercredi à BBC Radio 4. Des élections anticipées "vont permettre d'avoir une main plus forte dans les négociations" avec l'UE, a-t-elle ajouté. Mais pour un diplomate européen, "la bonne nouvelle côté européen, c'est que du coup elle sera moins fragile pour encaisser toutes les concessions qu'elle devra faire". Le quotidien The Guardian estime qu'avec ce scrutin anticipé Mme May veut montrer que le Brexit est irréversible. Si elle obtient la large majorité qu'elle souhaite, cela "balaiera les derniers espoirs de voir la décision +aberrante+ de juin dernier être inversée".
 
Ecraser les saboteurs
Tim Farron, le chef du parti libéral-démocrate, pro-UE, préfère y voir une "chance pour changer la direction" prise par le Royaume-Uni et "éviter le désastre d'un Brexit dur", impliquant une sortie du marché unique. En réponse, le tabloïd europhobe Daily Mail a appelé en Une à "écraser les saboteurs" pro-UE, alors que le Sun assure que Theresa May va "aussi clouer le bec aux députés conservateurs rebelles". Le quotidien Evening Standard souligne que le jeu n'est pourtant pas dénué de risques pour Mme May, en particulier en Ecosse où le Parti national écossais (SNP, au pouvoir), pro-UE, "pourrait maintenir et même accroître son avance", lui donnant davantage d'arguments pour obtenir le nouveau référendum d'indépendance qu'il réclame. Mme May pourrait aussi être confrontée à la lassitude des électeurs, qui vont connaître leur quatrième vote crucial pour l'avenir du Royaume-Uni en quatre ans, après le référendum sur l'indépendance de l’Ecosse en 2014, les législatives de 2015 et le référendum sur le Brexit en juin 2016. L'interview de Brenda, une habitante de Bristol, à la BBC est devenue le symbole de cette "élection-fatigue" et a enflammé les réseaux sociaux. "Vous plaisantez ? Encore une (élection)? C'est pas vrai, j'en peux plus", dit-elle au reporter. Alors que la campagne électorale n'est même pas encore lancée, Mme May a déjà provoqué la polémique en laissant entendre qu'elle ne prendrait pas part à un débat télévisé avec les autres chefs de partis, qui l'ont accusée de "déni démocratique".
 
Le "réel" des négociations du Brexit aura lieu après le 8 juin
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker estime que le début "réel" des négociations du Brexit aura lieu après les élections anticipées du 8 juin au Royaume-Uni, proposées par la Première ministre Theresa May, a indiqué mercredi un porte-parole de l'institution.
M. Juncker, qui s'est entretenu au téléphone mardi soir avec Mme May, "considère que les réelles négociations politiques sur l'article 50 avec le Royaume-Uni débuteront après les élections prévues pour le 8 juin", a déclaré devant la presse Margaritis Schinas, porte-parole en chef de la Commission. Pour la Commission, ces élections inattendues ne modifient pas le calendrier. "Les négociations devaient commencer au mois de juin de toute façon", a assuré M. Schinas. Dans son calendrier, la Commission prévoit de présenter début mai son projet de "recommandation" aux Etats membres sur le mandat des négociateurs de l'UE, menés par le Français Michel Barnier. Ce mandat devrait ensuite être officiellement adopté le 22 mai par les ministres des 27 lors d'un Conseil des Affaires générales, en même temps que les "directives" des 27 pour les négociations avec le Royaume-Uni. Ces "directives" seront plus détaillées que les "orientations" de négociations, déjà proposées par le président du Conseil européen Donald Tusk, qui doivent être adoptées lors d'un sommet européen le 29 avril à Bruxelles. Le porte-parole de l'exécutif européen a par ailleurs exclu que Londres ait une influence sur le sort des deux agences européennes actuellement situées sur le territoire britannique, à savoir l'Autorité bancaire européenne et l'Agence européenne des médicaments. "Les agences de l'UE doivent être basées sur le territoire de l'UE. La décision concernant l'ABE et l'AEM ne fait pas partie des négociations du Brexit, c'est une conséquence du Brexit", a affirmé Margaritis Schinas.
"Le Royaume-Uni n'aura pas son mot à dire dans la relocalisation des agences", a-t-il poursuivi.
Ikram A.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Medvedev affirme: ''L'incident Idlib est une provocation planifie''
 
Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a qualifié la frappe américaine contre la base syrienne d'"acte d'agression militaire" et de ...
Voir détail
   
Croissance mondiale : Le FMI optimiste court terme, s'inquite du protectionnisme
 
Le Fonds monétaire international (FMI) a revu en légère hausse mardi sa prévision de croissance mondiale pour 2017, au vu du regain de confiance des ...
Voir détail
   
 
 
Nord Stream 2 : Agneau immol sur l'autel politique?
Paradis fiscal en Tunisie : "Derrire cet acharnement, la France et l'Italie"
99e runion du conseil ministriel de l'OPAEP : M. Guitouni s'entretient avec son homologue gyptien
Culture de la pomme de terre : Rempart contre la guerre
Commerce: Les prix de la volaille toujours en hausse
 
 
 
Des pouvoirs fictifs
Dans un contexte où il est devenu apparent que la classe politique supérieure n'a jamais été unie, contrairement au slogan qui n'en était ...
   
  Lire la suite
 
 
Manifestations du 11 dcembre 1960 : une leon terrible ...
 
Les manifestations organisées dans presque tous les villes et villages d'Algérie en ces jours du 09 et 11décembre 1960, pour ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous