Dimanche 25-06-2017
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Brexit L'excutif britannique, affaibli, plonge dans des ngociations historiques
 
 
Mise à jour : 19-06-2017
 
Près d'un an après le référendum sur l'UE, les négociations sur le Brexit débutent aujourd'hui  dans un contexte difficile pour Theresa May, affaiblie par son revers aux législatives et les critiques sur sa réaction à l'incendie de la tour Grenfell. Le ministre britannique du Brexit David Davis retrouvera le négociateur en chef pour la Commission européenne Michel Barnier à Bruxelles pour démarrer ces discussions destinées à détricoter 44 ans de mariage.
C'est le 23 juin 2016 que les Britanniques avaient opté à près de 52% en faveur d'une sortie du giron européen, provoquant la stupeur des capitales européennes et un séisme politique au Royaume-Uni dont les répliques se font toujours sentir.
La Première ministre britannique Theresa May elle-même en est le grand témoin. Ou la victime. Désignée en juillet 2016 par le parti conservateur pour remplacer David Cameron, balayé par la vague Brexit, cette ancienne ministre de l'Intérieur s'est retrouvée aux commandes d'un pays profondément divisé et confronté à des enjeux politiques, économiques et diplomatiques dont l'ampleur a de quoi donner le vertige.
Encore très populaire au mois d'avril, la dirigeante de 60 ans a perdu en quelques semaines tout ou partie de son crédit. Au point que le camp conservateur s'interroge sur sa capacité à mener à bien les discussions avec l'UE tandis que les éditorialistes ne se demandent plus si elle va partir... mais quand elle partira.
 
Première ministre en sursis 
Il y a d'abord eu les élections législatives anticipées du 8 juin, au terme desquelles Mme May a perdu sa majorité absolue au Parlement, après une campagne dont le Daily Mirror se demande s'il ne s'agissait pas de la "pire" de l'histoire. Puis sa réaction au terrible incendie de la tour Grenfell à Londres. Alors que le pays est sous le choc, la Première ministre se rend sur place sans rencontrer la population. Elle le fera le lendemain, mais trop tard: elle est accusée de n'avoir pas su prendre la mesure de ce drame qui a fait des dizaines de morts.
Pour le journal conservateur The Times, c'est la goutte de trop: "Plus vite Theresa May partira, mieux ce sera". Le Royaume-Uni abordera donc les négociations les plus importantes de son histoire récente dirigé par un exécutif très fragilisé, ne disposant même pas de la garantie absolue qu'il passera le vote de confiance à la reprise des travaux parlementaires mercredi. Au même moment, les inquiétudes augmentent sur le plan économique, avec une consommation des ménages, habituellement moteur de la croissance du pays, à la peine depuis le début de l'année pour cause d'inflation liée à la chute de la monnaie britannique depuis la décision du Brexit.
Quel Brexit? 
Un situation qui a conduit des responsables conservateurs à appeler Mme May à renoncer au Brexit "dur" qu'elle prône, soit une sortie du marché unique européen afin de reprendre le contrôle de ses frontières et de limiter l'immigration européenne. Parmi les voix discordantes, le ministre des Finances Philip Hammond a affirmé vendredi que "la priorité" des négociations sera de protéger les emplois et la croissance. Mais pour le moment, "rien n'a changé", a affirmé M. Davis. Côté UE, M. Barnier a déjà en tête un calendrier précis pour le déroulement des négociations, dévoilé fin mai dans un document interne de la Commission européenne. La première étape devra être consacrée à trouver un accord sur trois dossiers érigés en priorités par les 27: le sort des expatriés européens au Royaume-Uni et des Britanniques installés dans l'UE, la question de la frontière irlandaise, et le "règlement financier", c'est-à-dire le paiement par Londres de tous les engagements financiers déjà pris au sein de l'UE. Londres est supposé quitter l'UE fin mars 2019, soit deux ans après le déclenchement officiel de la procédure de sortie par Mme May, le 29 mars. Pour mener à bien les négociations, le gouvernement a annoncé samedi que la session du Parlement durerait exceptionnellement deux ans, contre un an normalement.
Nawel Z.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Grce : Accord pour relancer le plan d'aide avec participation du FMI
 
Les créanciers de la Grèce, zone euro et FMI, sont parvenus jeudi soir à un compromis pour relancer le plan d'aide à Athènes, qui patinait ...
Voir détail
   
Irak : Dbut de l'assaut pour chasser l'EI de son dernier carr Mossoul
 
Les forces irakiennes ont lancé hier l'assaut pour chasser le groupe jihadiste État islamique (EI) de la vieille ville de Mossoul, dont la reprise leur permettrait ...
Voir détail
   
Crise au Moyen-Orient : Isolement diplomatique et politique du Qatar
 
Pourquoi Trump encourage-t-il la mise à l'écart du Qatar par l'Arabie Saoudite, l'Egypte, le Yémen et les Emirats arabes unis ?
La ...
Voir détail
   
 
 
Bourses : Les places europennes oscillent au gr du prix du ptrole
Commerce illgal du phosphate du Sahara occidental : Une socit britannique met fin ses activits
limination de la discrimination raciale de l'ONU : L'Algrien Noureddine Amir rlu au Comit
Financement de l'conomie nationale : Le PPP et la modernisation des banques parmi les solutions
Algrie Poste : M. Dahmani install en qualit de DG de l'tablissement
 
 
 
Ecart entre ce qui est dit et ce qui ...
Il apparaît que tous les programmes mis en œuvre n'aboutissent-ils pas conformément aux objectifs tracés par les orientations présidentielles ...
   
  Lire la suite
 
 
Choix et orientations conomiques
 
Au stade actuel, le développement socio-économique du pays s'apprécie davantage en termes de dialectique et de dynamisme ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 79.2149 79.2299
Euro 108.5719 108.6163
Livre 129.5631 129.6089
Yen (100) 76.7809 76.8327
SAR 21.1212 21.1257
KWD 280.1093 280.8575
AED 21.5662 21.5715
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+213
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous