Vendredi 25-09-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Assemble gnrale annuelle de l'ONU : Les grandes puissances tentent de sauver l'accord de Vienne
 
 
Mise à jour : 20-09-2017
 
Les Européens, France en tête, veulent tenter à l'ONU de sauver l'accord nucléaire iranien de 2015, menacé par le président américain Donald Trump qui ne dissimule pas son hostilité envers un texte pourtant considéré comme crucial dans la lutte contre la prolifération.
Le président américain est sollicité de toutes parts à ce sujet. A l'occasion de l'Assemblée générale annuelle de l'ONU cette semaine, il a rencontré  plusieurs chefs d'Etat. En effet, M. Trump s'est entretenu avec son homologue français Emmanuel Macron, qui  a tenté de le convaincre de ne pas remettre en cause un accord qualifié d'"historique" lors de sa signature en 2015. Dans un contexte explosif, notamment avec la crise nord-coréenne, "cela ouvrirait une boîte de Pandore", a expliqué l'entourage du président français, qui entretient une relation amicale avec le bouillant milliardaire. L'accord de Vienne, conclu le 14 juillet 2015 entre Téhéran et les grandes puissances (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Chine, Russie et Allemagne) est pourtant plus que jamais remis en cause par Donald Trump, qui le qualifie d'"horrible" et a promis de le "déchirer". Arraché après plus d'une décennie de négociations sous tensions et entré en vigueur en janvier 2016, cet accord garantit la nature exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien, en échange d'une levée progressive des sanctions internationales.
Or une échéance cruciale s'approche: Donald Trump doit "certifier" mi-octobre auprès du Congrès que Téhéran se conforme bien à ses engagements, et certaines de ses déclarations laissent penser qu'il pourrait décider de ne pas le faire. Cette non certification, qui irait à l'encontre des conclusions de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie atomique) selon qui Téhéran respecte ses engagements, ouvrirait la voie à une réimposition des sanctions américaines. 
Et inquiète au plus au point les autres signataires du texte de 2015. "L'accord n'appartient pas à un pays ou un autre, il appartient à la communauté internationale", a ainsi martelé la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini.
 
Accord en grand danger 
"Si Trump ne certifie pas, l'accord sera en très grand danger. On peut toujours arguer juridiquement qu'il n'est pas mort, mais politiquement, ce sera un signe fort", estime un haut diplomate européen. La France, qui avait été l'un des pays les plus durs dans la négociation avec Téhéran, n'a cependant pas fermé la porte à une éventuelle discussion sur "l'après 2025". L'accord de Vienne est en effet d'une durée de dix ans concernant certaines dispositions et au-delà de la "sunset clause", Téhéran pourra relancer une partie de ses activités. "On peut compléter par un travail pour l'après 2025", a ainsi déclaré le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian sans plus de détails, même si la plupart des signataires de l'accord, au premier rang desquels Téhéran, ont exclu toute renégociation du texte. "On sent que c'est ligne rouge des Iraniens, ils ne veulent pas rentrer dans cette discussion", a indiqué l'entourage du président Macron après que ce dernier eut rencontré son homologue iranien Hassan Rohani.
 
Déstabilisation régionale 
Téhéran accuse les Etats-Unis de saper l'accord et le guide suprême iranien Ali Khamenei, qui a la haute main sur le dossier nucléaire, a martelé dimanche que l'Iran ne céderait pas aux "intimidations" de Washington. Les Etats-Unis accusent la République islamique chiite de violer l'esprit du texte de 2015 et d'accroître son influence déstabilisatrice dans la région, en Syrie, au Liban ou au Yémen. "Les dirigeants iraniens veulent utiliser l'accord nucléaire pour prendre le monde en otage", a ainsi martelé début septembre l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley. "Nous avons une discussion compliquée avec l'administration américaine, pour leur expliquer la conception de l'accord, leur répéter qu'il ne vise que le nucléaire et qu'on n'a jamais eu la prétention de régler tous les autres sujets", explique le haut diplomate européen. "Vouloir tout mélanger c'est prendre le risque de tout perdre. A l'heure actuelle, la menace existentielle pour le monde, c'est la bombe. L'accord nucléaire n'est pas là pour résoudre les problèmes du Liban", ajoute cette source.
Cependant, outre l'Iran et la Corée du Nord, les échanges cette semaine devraient aussi porter sur la Birmanie et la manière de gérer au mieux les opérations de paix de l'ONU dans le monde.
Nawel Z.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Au nom de Nord Stream 2 : L'Europe est prte tromper les USA
 
Le plan de financement de la construction du gazoduc Nord Stream 2 devrait être modifié à cause des nouvelles sanctions américaines, mais les ...
Voir détail
   
Ragissant aux sanctions de l'Onu : La Core du Nord menace de couler le Japon
 
"Le Conseil de sécurité est corrompu. Après la frappe nucléaire, les USA plongeront dans les ténèbres, le Japon coulera", ...
Voir détail
   
France : La croissance facilitera les objectifs budgtaires
 
La reprise est suffisamment solide en France pour permettre au gouvernement de réduire la dépense et les déficits publics sans entraîner d'effet ...
Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous