Jeudi 04-06-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Internationnal  
 
 
 
Conseil des droits de l'Homme de l'ONU : La Russie prsente sa candidature
 
 
Mise à jour : 21-06-2018
 
Suite au retrait des États-Unis, la Russie a présenté sa candidature à une adhésion au Conseil des droits de l'Homme de l'Onu pour la période 2021-2023.
La mission permanente russe auprès des Nations unies a commenté le retrait des États-Unis du Conseil des droits de l'Homme (CDH) et a présenté la candidature de la Russie au CDH.
"La Russie continuera son travail constructif au CDH, qui vise à maintenir un dialogue égal et une coopération sur les droits de l'Homme. C'est dans ce but que la Russie a présenté sa candidature à l'élection au CDH", a déclaré la mission permanente russe.
Le mandat de la Russie auprès du Conseil a expiré à la fin de 2016. Lors de l'Assemblée générale de l'Onu de la même année, le pays n'a pas été réélu au CDH.
Les diplomates russes ont noté que le Conseil est "une plateforme internationale clé pour la coopération dans la promotion et la protection des droits de l'Homme", qui agit sur des principes d'impartialité, d'objectivité, de non-sélectivité, de dialogue constructif et de coopération.
"C'est l'organe de l'Onu qui, comme tout le système des Nations unies, est censé servir tous les États membres et pas seulement un pays ou un groupe de pays. Malheureusement, nos collègues de Washington ne le comprennent pas ou ne le reconnaissent pas. Leurs idées sur la réforme du Conseil ont visuellement démontré leur solitude dans ce domaine", a commenté la mission russe.
"Apparemment, les États-Unis aimeraient transformer le Conseil en un outil obéissant pour promouvoir ses intérêts et punir les pays indésirables. Dans ce contexte, les tentatives des États-Unis d'imputer au Conseil la politisation et l'échec de son initiative par la quasi-totalité du monde, y compris ses alliés traditionnels, sont cyniques", ont ajouté les diplomates russes.
Il existe des lacunes dans le travail du CDH, souligne la mission russe, "toutefois, le Conseil a prouvé sa viabilité au fil du temps."
Les États-Unis se sont retirés mardi du Conseil des droits de l'Homme des Nations unies, basé à Genève, qui "sape leurs intérêts nationaux", d'après le secrétaire d'État Mike Pompeo. Le mandat des États-Unis au CDH expirait le 31 décembre 2019. Selon l'ambassadrice des États-Unis auprès de l'Onu, Nikki Haley, Washington poursuivrait la lutte pour les droits de l'Homme en dehors du Conseil. De son côté, M. Pompeo a accusé le Conseil des droits de l'Homme de ne pas défendre pas les droits de l'Homme, mais de couvrir leur violation.
 
Les USA se retirent 
Les États-Unis ont annoncé leur retrait du Conseil des droits de l'Homme de l'Onu. Selon la représentante permanente des États-Unis à l'Onu Nikki Haley, Washington poursuivrait la lutte pour les droits de l'homme en dehors du conseil.
Les États-Unis se retirent du Conseil des droits de l'Homme (CDH) des Nations unies basé à Genève qui "sape leurs intérêts nationaux", d'après le secrétaire d'État Mike Pompeo.
"Quand une organisation sape nos intérêts nationaux et ceux de nos alliés, nous la quittons", a indiqué M. Pompeo au Département d'État.
Le retrait a été annoncé par le secrétaire d'État Mike Pompeo et l'ambassadrice américaine à l'Onu, Nikki Haley.
Le mandat des États-Unis au CDH expirait le 31 décembre 2019.
Selon Mme Haley, Washington poursuivrait la lutte pour les droits de l'homme en dehors du conseil.
De son côté, M.Pompeo a déclaré que le Conseil des droits de l'Homme de l'Onu ne défendait pas les droits de l'Homme, mais couvrait leur violation. Et de qualifier cette organisation d'"hypocrite". Il a souligné que les États-Unis étaient en tête de la promotion des droits de l'Homme. D'autre part, les promesses données par certains pays dans différents domaines n'ont toujours pas été tenues. Et de répéter les propos de Donald Trump selon qui le Conseil des droits de l'Homme est une "honte" pour les Nations unies.
Le secrétaire général de l'Onu Antonio Guterres a déploré la décision américaine, selon son porte-parole Stéphane Dujarric.
L'État hébreu n'a pas tardé à réagir à l'annonce faite par les États-Unis. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a remercié les autorités américaines. "Israël remercie le Président Trump, le secrétaire d'État Pompeo et [la représentante permanente des États-Unis auprès de l'Onu Nikki] Haley pour leur décision courageuse, orientée contre l'hypocrisie du soi-disant Conseil des droits de l'Homme", a-t-il indiqué dans un communiqué.
Zeid Ra'ad Al-Hussein, le Haut-Commissaire des Nations unies aux droits de l'Homme s'est dit déçu par la décision de Washington. Comme il l'a indiqué sur son compte Twitter, compte tenu de la situation actuelle avec les droits de l'Homme, les États-Unis auraient dû adhérer au lieu de s'en retirer. 
Des représentants des autorités américaines ont plusieurs fois critiqué le Conseil. 
En 2017, Mme Haley a appelé à en exclure plusieurs membres. Le conseiller du Président américain pour la sécurité nationale John Bolton s'était prononcé contre la création de cette institution en 2006.
Depuis l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche début 2017, les Écoute États-Unis se sont retirés de l'Unesco, ont coupé plusieurs financements à des organes de l'Onu et annoncé leur retrait de l'Accord de Paris sur le climat et de l'accord nucléaire avec l'Iran endossé par les Nations unies. 
Le Conseil des droits de l'Homme a été créé en 2006 sur la base de la Commission des droits de l'Homme. Il regroupe 47 États dont chacun est élu par vote secret à la majorité des voix par les membres de l'Assemblée générale de l'Onu.
Ahmad Saber
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Aprs de nouvelles menaces de Trump : Escalade commerciale Chine-Etats-Unis
 
La Chine et les Etats-Unis étaient mardi plus proches que jamais d'une guerre commerciale, Pékin promettant des "représailles" après des ...
Voir détail
   
 
 
Algrie-Mauritanie : Djerad et son homologue conviennent de donner un "nouvel lan" aux relations bilatrales
Face la crise conomique mondiale, accroissement du taux de chmage et tensions sociales travers le monde : L'Algrie la croise des chemins
Prsidence : Entretien tlphonique entre Tebboune et Macron
Mohamed Charfi : Le projet de Constitution est venu incarner les fondements de la dmocratie et prserver la nation
USA: Biden accuse Trump d'avoir transform l'Amrique en " champ de bataille"
 
 
 
La hausse des prix des carburants ...
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a estimé mardi à Alger que l'augmentation des prix des carburants contenue dans le projet de loi de finances ...
   
  Lire la suite
 
 
La goutte qui a fait dborder le vase
 
Les manifestations qui continuent à s'étendre et à s'élargir aux Etats-Unis conduisant à des couvre-feux dans ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous