Lundi 06-07-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Malgré les avancées réalisées : La sécurité alimentaire en Algérie demeure fragile
 
 
Mise à jour : 04-07-2018
 
La sécurité alimentaire en Algérie a connu des avancées significatives durant les deux dernières décennies, mais reste caractérisée par plusieurs fragilités liées notamment à la dépendance aux marchés extérieurs et au recours aux subventions publiques, a indiqué une étude présentée à Alger.
Les résultats obtenus de cette étude réalisée par des chercheurs du Centre de recherche en économie appliquée pour le développement (CREAD) à la demande du Programme alimentaire mondial (PAM), montrent que "l'amélioration de l'état général de la situation de la sécurité alimentaire et nutritionnelle est soumise à de grands risques sur le plan de la durabilité", selon les explications de la directrice de la division Agriculture et environnement au CREAD, Amel Bouzid. L'étude s'est intéressée particulièrement aux facteurs et stratégies pouvant avoir une forte influence sur la disponibilité des aliments, les possibilités d'accès à ces aliments pour l'ensemble des catégories sociales, ses formes d'utilisation ainsi que la durabilité de l'état de sécurité alimentaire.
A ce propos, l'étude souligne que la croissance effective des disponibilités en produits agricoles, par l'accroissement des rendements et l'extension des superficies cultivées, est  encore "insuffisante" notamment pour les produits de base tels que les blés, les légumineuses et le lait, alors que ces déficits "structurels" constatés ont été comblés par des importations de plus en plus massives.
"L'accroissement de la production agricole, même s'il reflète l'effort considérable engagé, reste toujours bien en-deçà d'une demande croissante deux fois plus rapidement durant la même période, sous le double effet de la reprise de la croissance démographique et de l'amélioration des revenus moyens des ménages, d'où le creusement de l'écart entre offre et la demande imposant une hausse continue des volumes de denrées alimentaires importées", note cette étude. Le taux de la couverture de la production locale des besoins du marché algérien sont de 30% seulement pour les céréales, 30% pour le lait, 5% pour les huiles alimentaires et 0% pour le sucre, d'après les chiffres présentés par M. Bouzidi, expliquant ce déficit par le caractère pluvial de l'essentiel de l'agriculture algérienne et par la lenteur des progrès en matière des rendements et de productivité.
"Dans les décennies futures, l'Algérie sera de plus en plus dans l'incapacité de poursuivre dans la même voie et de recourir aux mêmes solutions, car, au-delà des risques liés à la volatilité des prix sur les marchés internationaux qui constitue un variable externe non maîtrisable, il y aura un risque aggravé lié au changement climatique qui créera davantage de difficultés au secteur agricole domestique pour garantir le maintien des taux de croissance actuels", a-t-elle averti.
Concernant les possibilités d'accès des ménages à l'alimentation, l'étude note que celles-ci ont été renforcées par les politiques menées en vue de favoriser l'emploi et donc les revenus pour les ménages, à travers des investissements massifs dans les grands chantiers d'extension et de modernisation des infrastructures, la promotion de l'habitat, le développement du crédit à l'investissement et le soutien de projets de développement rural dans les communes les plus pauvres et enclavées.
Toutefois, des poches de pauvreté subsistent encore tant en milieu urbain qu'en zone rurale, selon l'étude précisant qu'il y aurait 1.256.165 ménages considérés comme démunis et nécessitant une aide directe, d'après les données collectées dans 40 wilayas.
En outre, l'accès à une alimentation suffisante et saine reste insuffisant pour les titulaires de revenus faible vue le prix relativement cher des viandes, fruits et légumes.
S'agissant du critère de la qualité, la ration alimentaire est déséquilibrée, car "la place occupée par les blés est très importante et celle des protéines et de matières grasses encore trop basse", ce qui conduit à la hausse des maladies non transmissibles mais lourdement handicapantes tels le diabète ou les maladies cardio-vasculaires.
Evoquant les subventions publiques, l'étude a mis en exergue leur rôle important dans l'amélioration de l'accessibilité des produits alimentaires durant les années précédentes, mais elle considère que les mécanismes de soutien aux prix des biens alimentaires avaient un triple effet "pervers".
Selon cette étude, ces mécanismes conduisent à une pénalisation forte du développement de la production locale, à un gaspillage d'aliments dont le prix payé par le consommateur n'est pas dépendant des coûts de production réels, et ils bénéficient davantage aux catégories sociales titulaires des revenus les plus élevés creusant ainsi les écarts en matière de niveau de vie aux dépens des plus défavorisés.
De plus, les mécanismes de soutien des prix exigent des efforts budgétaires croissants de la part des pouvoirs publics alors que les ressources utilisées proviennent des exportations d'hydrocarbures et viennent réduire les capacités d'investissement du pays, en particulier dans la diversification de l'économie.
En matière de sécurité sanitaire des aliments, les politiques des pouvoirs publics ont abouti à la mise en place d'un dispositif relativement complet mais dont l'efficacité reste "très faible".
La présentation de cette étude a été suivie d'un débat durant lequel les experts présents ont déploré la faible coordination des actions des différents secteurs concernés par la sécurité alimentaire et le manque du suivi et d'évaluation des stratégies.
Soulignant que les avancées réalisées en matière d'agriculture durant les dernières années étaient surtout le fruit du recours aux subventions publiques et la mobilisation des ressources non renouvelables (eaux sous terraines), ils ont appelé à une croissance construite sur des bases durables. Dans ce sens, les intervenants ont plaidé pour une réelle diversification de l'économie nationale, indépendante de la volatilité des prix des hydrocarbures sur le marché international, comme impératif pour atteindre la sécurité alimentaire. Ils ont également appelé à la prise en charge des phénomènes liés au changement du modèle alimentaire algérien avec l'explosion des fast-foods, la consommation excessive des boissons gazeuses et la généralisation du pain amélioré.
Ahmad Saber
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
SNTF: Les trains "bain de mer" en service
 
Les trains "bain de mer" ont commencé à circuler sur les lignes de chemin de fer pour relier les villes du Sud-Est, Touggourt et Biskra, et de l'Est ...
Voir détail
   
Viandes rouges : Une production nationale de plus de 5 millions de quintaux en 2017
 
La production nationale des viandes rouges s'est établie à 5,44 millions de quintaux (q) en 2017 pour une valeur 596 milliards de DA, a indiqué lundi le ...
Voir détail
   
Programme des énergies renouvelables : 22 000 mégawatts (MW) d'électricité d'ici 2030
 
Le ministre de l'Energie, Mustapha  Guitouni, vient d'annoncer dans la région de Stah, commune d'In-Amenas (Illizi), le lancement d'un ambitieux programme ...
Voir détail
   
Bedoui: “ Sonatrach est le cœur battant de l'économie nationale et une ligne rouge ”
 
Le ministre de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a affirmé, lundi dans la région ...
Voir détail
   
Selon M. Raouya : Éventuelle révision des subventions destinées à l'énergie à partir de 2019
 
Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, a évoqué lundi une éventuelle révision des subventions destinées à l'énergie ...
Voir détail
   
Le DG de la CNR, Slimane Melouka : " Le système de retraite à atteint ses limites "
 
Les difficultés de la Caisse nationale de retraite (CNR) ont été au centre de l'intervention du DG de la CNR, Slimane Melouka, lors de son passage, mardi ...
Voir détail
   
GICA: Un nouveau procédé de traitement des déchets de cimenterie
 
Un nouveau procédé de traitement des déchets de  cimenterie a été introduit par la Société des ciments de la Mitidja ...
Voir détail
   
Relations algéro- espagnoles : Le nouveau gouvernement veut les renforcer davantage
 
Le ministre de l'Intérieur espagnol, Fernando Grande-Marlaska, a fait part mardi à Alger de la volonté du nouveau gouvernement de son pays à ...
Voir détail
   
BAC 2018 : Début mercredi des corrections
 
C'est à partir de demain mercredi que l'opération de la correction des copies de l'examen du baccalauréat  session 2018 débutera à ...
Voir détail
   
ANP : Gaïd Salah présidera aujourd'hui la cérémonie de remise de grades et de médailles
 
Le Général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'armée nationale ...
Voir détail
   
USA : La Chambre de commerce contre les tarifs douaniers de Trump
 
La Chambre de commerce américaine, la plus grande fédération commerciale des Etats-Unis, traditionnellement une alliée proche du Parti républicain ...
Voir détail
   
 
 
Tebboune pour France 24 : « Le Maroc passe à une autre forme d'escalade »
Zone-Euro: Les députés allemands en soutien de la BCE dans son contentieux avec la Cour de Karlsruhe
Libye: Serraj fait part de sa volonté de dialoguer avec les forces dirigées par Khalifa Haftar
Tipaza: La tribu des Beni Menacer, un long parcours de bravoure et de résistance au colonialisme
Sahara occidental: L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous