Vendredi 25-09-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...
 
 
Mise à jour : 23-07-2019
 
" Il est très difficile, voire, pratiquement impossible de pister et de rapatrier les capitaux en fuite à l'étranger", a indiqué à Radio Algérie Multimédia (RAM) le professeur en sciences économiques Rezzigue Kamel de l'Université de Blida. 
 
Et pour cause, expliquera-t-il, " les détenteurs de l'argent détourné utilisent des prête-noms pour ne laisser aucune visibilité autour de cet argent cumulé durant des années de vols, de dilapidation et de détournement via des surfacturations ou de par des sociétés écrans dont la destinée finale est les paradis fiscaux ou vers des pays pour le moins complices dont l'économie est florissante grâce à cet argent qu'abritent les banques de ces mêmes Etats tacitement complices".
Toutefois, l'invité de la RAM exhorte les pouvoirs publics à user de tous les voies et moyens légaux pour dénicher ces fortunes qui ont fait saigner la trésorerie nationale, causant des crises à dommages collatéraux tant au niveau de la finance que pour la société et pour l'investissement. Se disant confiant quant à la récupération de l'argent enfoui dans des affaires internes tels que des entreprises, du foncier agricole ou sous forme d'actions dans des partenariats à des fins de blanchiment d'argent, M. Rezzigue déplore la lenteur des procédures. Le gouvernement aura, selon lui, à mener une vraie guerre juridique et diplomatique pour savoir combien et où se trouve cet argent, rappelant au passage le parcours de combattant dans l'affaire Khalifa qui a duré 7 ans sans pour autant aboutir à ramener un sou des 12 milliards de dollars expatriés.
S'agissant de la coopération avec des Etats ayant exprimé leur disposition à aider l'Algérie sur ce registre, M. Rezzigue estime que " c'est quasiment impossible de compter sur ces Etats dont le système bancaire et par ricochet leurs économies reposent essentiellement sur  cet argent frappé du cachet secret ". Et d'ajouter : " est-ce que l'Irak, la Tunisie ou la Syrie ont récupéré l'argent détourné ? " Il y a des Etats dont l'économie  est basée sur cet argent sale et mal acquis justement ne vont pas nous rendre l'argent détourné pour nos beaux yeux. Pour cela il préconise " une solution algérienne " qu'il résume par l'empêchement des voleurs à jouir de ces fortunes durant toute leur vie.
Le problème qui urge reste les échéances dans l'agenda gouvernemental à respecter quant à l'élaboration du projet de loi de finances. Ledit projet doit être finalisé avant le 31 août 2019 afin d'être dans l'optique des prévisions projeté précédemment. " Mais sur quelle base  on va arrêter le prochain projet de loi de finances et le défendre devant le parlement ? ", s'est-il interrogé en se demandant d'où ramène-t-on l'argent nécessaire pour boucler l'année jusqu'au 31 décembre 2019 afin de couvrir les comptes de 2019.
" Déjà on est devant des difficultés pour terminer l'exercice  2019, alors que dire de la loi de finance de 2020, sachant l'arrêt de la planche à billets ". En plus des 2000 entreprises en bâtiment qui ont remis leurs bilans, c'est-à-dire 150 mille postes d'emplois. Et d'avertir " si on garde les mêmes principes d'élaboration d'une loi de finance on aura un grave déficit financier " Le prochain gouvernement légitime héritera d'un cadeau empoisonné de l'équipe Bedoui qui partira tôt ou tard. Comment va-t-on faire face pour ramener l'argent pour les dépenses de fonctionnement et d'équipement pour le prochain gouvernement qui se verra confronté à un exercice catastrophique pour le reste de l'année et l'an prochain.
"Il faut accélérer le processus politique pour  les plus brefs délais car la raison économique prime plus sur le politique dont un gouvernement légitime est un impératif pressant". "L'an 2020 sera une année très difficile pour l'Etat que l'année 2019", fait-il savoir et d'alerter que " tous les signaux sont au rouge tant sur le plan économique que sur le plan social".   
A la question de savoir si le recours à l'argent des fonds spéciaux dont certains sont déjà dissous par le gouvernement, l'orateur préconise qu'" il faut trouver plutôt d'autres sources de financement des grands projets pour apaiser le fardeau du déficit énorme qu'encourt l'Etat ". Il adhère à l'idée du report de certains projets pour minimiser les dépenses. Aussi pour réaliser le programme de l'Etat, un financement mixte tel pour le projet du port de Cherchell s'impose, céder la gestion de l'autoroute - par exemple - à un financier quasiment privé également ou encore financer d'autres projets en partenariat  entre Etats.   
Hamid B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions
 
Les préinscriptions et inscriptions définitives, au titre de l'année universitaire 2019-2020, ont débuté ce lundi pour les nouveaux bacheliers, ...
Voir détail
   
Usine de montage des camions de Meftah: Sortie d''usine du premier camion Volvo début 2020
 
Le premier camion de la marque suédoise "Volvo"  est prévu à la sortie de l''usine Soprovi de montage de véhicules ...
Voir détail
   
Cour suprême - affaire Tahkout: Le wali de Saïda auditionné
 
Le Conseiller instructeur près la Cour suprême (Alger) a auditionné le wali de Saïda, Seif El Islam Louh, dans le cadre de l'affaire Mahieddine Tahkout ...
Voir détail
   
Conseil interministériel : L'état des nouvelles villes et pôles urbains au centre de la réunion
 
Le Premier ministre, Noureddine Bedoui, a présidé, dimanche à Alger, une réunion du Conseil interministériel,
consacrée ...
Voir détail
   
Crise politique: Initiatives pour l'ouverture d'un dialogue et divergences autour des mécanismes de son lancement
 
Des initiatives politiques diverses et multiples ont été lancées, récemment, sur la scène politique dans le but de trouver des solutions à ...
Voir détail
   
Gaïd Salah : La position des Algériens lors de la CAN-2019 une "réponse forte à la bande"
 

Nassima B.

Le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire (ANP), le général de ...
Voir détail
   
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous