Lundi 26-10-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Post Scriptum  
 
 
 
Stabilit et panouissement de la nation
 
 
Mise à jour : 17-09-2019
 
Par B.Chellali
Il ne peut y avoir de développement socio-économique durable sans qu'il y ait en contrepartie une stabilité et une croissance de la gouvernance démocratique. Un principe fondamental qui a manqué à l'Algérie pendant vingt ans. Une période futile qui s'est accompagnée d'un sous-développement au plus de l'échelle source de pauvreté et de déclin extrême de la qualité et des conditions de vie de la population. Responsable de cette situation une bande au pouvoir qui a mis le pays face à  de nombreux problèmes politiques, économiques et sociaux. Un pouvoir corrompu qui n'a jamais su répondre aux besoins de la société algérienne et qui a fait dans une démarche dangereuse conduite par des aventuriers sans légitimité ni relation avec le peuple. Cette duplicité encouragée par les gouvernements successifs des ex-Premiers ministres Abdelmalek Sellal et Ahmed Ouyahia est aujourd'hui interprétée comme une vraie prédation, trahit l'hypocrisie et une attitude délibérée et condescendante envers la nation, envers l'Etat et ses institutions tant elle a perpétré le cycle de misère, de sous-développement, terni l'image de l'Algérie tant la corruption, le détournement de deniers publics se sont généralisés. Une bande qui a dicté leur conduite aux acteurs légitimes. 
D'où les abus de pouvoir, l'interventionnisme et les magouilles ont été le lot de ces pratiques et qui se révèlent au grand jour. 
L'embourgeoisement illicite est allé de pair avec le manque de rigueur de la justice, manque de rigueur de la discipline économique et un égoïsme prédateur solidement chevillé au corps social. 
La société algérienne bousculée dans ses habitudes, dérangée dans sa mentalité, interdite de changements psychotiques et sociaux, a stagné pendant un quart de siècle dans une situation de grande précarité, dans des circonstances difficiles qui ont été le frein dur au progrès vers un développement plus conforme aux réalités, mais surtout aux besoins de la majorité de la population. Cette bande dont les méfaits  sont à chaque occasion rappelés par le vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah a dénié au peuple sa dignité et ses droits politiques, démocratiques y compris son droit social à une vie meilleure. 
Un état de fait auquel le mouvement populaire amorcé depuis le 22 février dernier  s'est opposé à travers de légitimes revendications pour des changements objectifs. 
Au regard de cette situation difficile, la solution pour la sortie de crise a véritablement besoin, d'une plateforme  populaire immunisée, mieux outillée afin de bénéficier de la conjugaison de plus d'efforts pour mettre en œuvre les mécanismes et les dispositions dégagés par le récent Conseil des ministres et qui correspondent aux circonstances particulières que traverse le pays. 
C'est aussi en cela que consiste le véritable processus de dialogue national visant le haut niveau de la cohésion nationale qui rassemble autour d'elle  un seul point de mire : l'intérêt national commun de la nation. Une définition bien précise des voies de sortie de crise, et la possibilité d'un climat serein dans lequel agissent la classe politique et la société civile comme le montre le consensus national dégagé par l'Instance de médiation et de dialogue qui a réussi dans le respect des opinions des uns et des autres à obtenir l'unanimité  de sortie de crise à travers la seule et unique voie : l'organisation de l'élection présidentielle au plus vite. 
C'est-là une contribution à la défense intransigeante des intérêts suprêmes de la nation à travers des propositions et des mécanismes pertinents qui permettront au peuple à travers les acteurs politiques engagés de conduire le pays à  bon port. Et ainsi obtenir ensemble le changement et en faire un bien national pour la stabilité de l'Algérie et sa prospérité. 
Le changement, ensemble, pour en faire aussi un bien commun pour la paix politique et sociale, la stabilité et l'épanouissement démocratique de la nation.   
B. C.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Centre universitaire de Mila: Les activits scientifiques renouent ds la venue du nouveau directeur
Russie: Moscou accuse l'Occident de vouloir faire de la Russie un " paria" en Antarctique
Chirurgie scoliotique : 23 enfants oprs rcemment Oran
Nouveau coronavirus SARS-CoV-2 provoquant le Covid-2019 : Des chercheurs expliquent pourquoi le SARS-CoV-2 se rpand mieux que le coronavirus de 2003
Selon le prsident Erdogan : L'Europe prpare sa propre fin"
 
 
 
Atteindre un taux de 70% de ...
Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son ...
   
  Lire la suite
 
 
Le peuple souverain exalt et magnifi est appel agir ...
 
Il est évident à la veille du référendum constitutionnel du 1er novembre prochain que le chef de l'Etat revient sur les ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous