Lundi 26-10-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Algérie-Grande Bretagne: Le Royaume-Uni pour l'élargissement des relations économiques avec l'Algérie
 
 
Mise à jour : 17-09-2019
 
Saïd B.
Lors de son entretien avec le ministre du Commerce, Saïd Djellab avec lequel il a examiné, à Alger,  les moyens du renforcement des relations économique et commerciale, à la lumière de la sortie du Royaume-Uni de l'UE (Brexit), le Secrétaire d'Etat britannique au commerce  international, Conor Burns a affiché la disponibilité du Royaume-Uni à œuvrer à l'élargissement des  relations économiques, à l'établissement davantage de coopération et de  partenariat. 
 
Ceci pour concrétiser le souhait des entreprises et des hommes d'affaires  britanniques d'accéder au marché algérien et investir en Algérie, notamment  dans le domaine des nouvelles technologies. 
Poursuivant les consultations sur les relations commerciales bilatérales,  "les deux parties ont évoqué les relations excellentes qui lient les deux  pays", a précisé un communiqué du  ministère du Commerce. 
M. Djellab a réaffirmé que les sociétés  britanniques étaient les bienvenues en Algérie pour investir dans tous les  domaines, appelant le partenaire britannique à contribuer à l'augmentation  de la part des exportations de l'Algérie hors hydrocarbures en tirant  profit de l'expérience britannique en matière d'exportation. 
D'ailleurs le ministre du Commerce a saisi l'occasion pour encourager, dans ce même ordre d'idées, l'ouverture davantage de sociétés  dans le cadre de la stratégie du Gouvernement visant à préserver les  équilibres de l'économie nationale et les réserves de change et promouvoir  le commerce algérien dans les marchés mondiaux et continentaux. 
De son côté, le Secrétaire d'Etat britannique au commerce international s'est félicité, à ce propos, de la volonté politique des autorités  algériennes en faveur des investisseurs, traduite par la levée des  contraintes de la règle "51/49", prévue dans le projet de loi de l'exercice  
2020. 
Mieux encore, M. Burns a mis en valeur, en outre, les grandes potentialités que recèlent  les deux pays pour le raffermissement de leurs relations économiques ainsi  que et les nombreuses opportunités qui s'offrent aux sociétés des deux pays  pour la mise en place de partenariats prometteurs dans plusieurs domaines,  d'autant que le Royaume Uni a élaboré un programme de promotion des  investissements en Algérie. 
De plus, les deux parties se sont accordées à généraliser l'expérience britannique  en Algérie en matière de start-up dans le domaine du numérique, en vue de  les associer au développement économique, a conclu le communiqué du ministère du Commerce.
D'autre part, il est utile de noter que dans le cadre de sa visiste dans notre pays, le ministre des Affaires étrangères Sabri  Boukadoum a reçu dimanche à Alger, le ministre d'Etat britannique pour le  Commerce extérieur, Conor Burns.
 
L'Algérie partenaire de tout premier ordre en Afrique
Un communiqué du ministère des Affaires étrangères précise que cette visite entre dans le cadre des "échanges  réguliers de haut niveau entre les responsables des deux pays". 
Au cours de l'audience, le ministre Boukadoum s'est "félicité" de la  qualité des relations algéro-britanniques, appelant à "leur renforcement au  bénéfice des deux pays".  
Il a, à cet égard, mis en exergue "l'impératif de promouvoir ces relations, à travers les nombreuses opportunités qui s'offrent à  l'investissement et au partenariat bilatéral dans différents domaines",  rappelant, à ce propos, "les récentes mesures prises par le gouvernement  pour drainer et encourager les investissements étrangers, parmi lesquelles,  
notamment la révision de la règle 49/51%". 
Pour sa part, le responsable britannique a fait part de "l'importance que  revêt l'Algérie en tant que partenaire de tout premier ordre en Afrique et  dans le monde arabe", affirmant que "la perspective de sortie de la  Grande-Bretagne de l'Union européenne (Brexit) n'impactera pas la structure  des relations économiques algéro-britanniques". 
Le ministre britannique a également fait part de sa "conviction que  l'Algérie, de par ses capacités économiques, jouera un rôle actif dans la  réussite du Sommet britanno-africain sur l'investissement, prévu le 20  janvier 2020 à Londres". 
A noter que la question de la circulation des personnes a également été évoquée lors de  cette audience. 
 
De nouveaux mécanismes de coopération pour assurer la continuité  des rapports de coopération
De son côté, la ministre de l'Industrie et des Mines, Djamila  Tamazirt a reçu hier le Secrétaire d'Etat britannique au commerce  international, Conor Burns.
Selon un communiqué du ministère, lors de cet entretien, Mme Tamazirt a rappelé les grandes lignes de la  stratégie du gouvernement en matière de diversification de l'économie  nationale, mettant l'accent sur le potentiel réel qui existe en matière de  coopération bilatérale et qui devrait permettre une intensification des  projets de partenariat industriel entre les opérateurs des deux pays dans  certains domaines d'activités comme les énergies renouvelables, l'industrie  pharmaceutique, les infrastructures, ainsi que les technologies de  l'information et de la communication (TIC). 
De plus, elle a mis en exergue les efforts du gouvernement en matière  d'amélioration du climat des affaires, rappelant au passage les dernières  décisions prises par le gouvernement concernant la règle dite "51/49"  (régissant les investissements étrangers, ndlr). 
Mme Tamazirt a réitéré son souhait de voir les entreprises britanniques  consolider leur présence sur le marché algérien et saisir l'opportunité  qu'il leur offre en tant que vecteur important pour la pénétration du  marché africain, sur la base de projets de partenariat avec des opérateurs  algériens. 
De son côté, le responsable britannique a noté que l'Algérie est le  deuxième pays qu'il visite après le Brésil dans le cadre de la mission qui  lui est dévolue, à savoir, renforcer le cadre de coopération avec des pays  partenaires pour pallier les conséquence du Brexit sur l'économie  britannique. 
C'est à ce titre qu'il a souhaité l'organisation de rencontres entre des  hauts responsables des deux pays pour parvenir à mettre en place "une  ébauche de nouveaux mécanismes de coopération pour assurer la continuité  des rapports de coopération avec nos deux pays après le Brexit", a noté le  communiqué. 
Il a, également, annoncé la tenue à Londres le 20 janvier 2020 d'un forum  d'investissement africain et souhaité la participation de l'Algérie à cette  manifestation économique. 
Là, la ministre de l'Industrie et des Mines, Djamila Tamazirt, a souligné que l'Algérie sera représentée à ce  forum et que son secteur est disposé à contribuer à l'élaboration d'un  cadre de coopération économique entre les deux pays à travers des  rencontres qui permettront d'arrêter les secteurs prioritaires pouvant  faire l'objet de partenariat entre les opérateurs des deux pays.
S. B.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
L'élection présidentielle: Une urgence nationale absolue
 
Par Ammar Zitouni
Dans le discours qu'il a adressé à la nation dimanche, le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a rappelé ...
Voir détail
   
Election présidentielle: Discours du chef de l'Etat à la Nation (Texte intégral)
 
Le chef de l'Etat, M. Abdelkader Bensalah a  adressé, dimanche, un discours à la Nation, dont voici le texte ...
Voir détail
   
Commerce extérieur: 4,41 mds de dollars de déficit durant les 7 premiers mois 2019
 
Saïd B.
4,41 milliards de dollars c'est le chiffre exact du déficit enregistré par la balance commerciale de l'Algérie durant les ...
Voir détail
   
 
 
Centre universitaire de Mila: Les activités scientifiques renouent dès la venue du nouveau directeur
Russie: Moscou accuse l'Occident de vouloir faire de la Russie un " paria" en Antarctique
Chirurgie scoliotique : 23 enfants opérés récemment à Oran
Nouveau coronavirus SARS-CoV-2 provoquant le Covid-2019 : Des chercheurs expliquent pourquoi le SARS-CoV-2 se répand mieux que le coronavirus de 2003
Selon le président Erdogan : L'Europe prépare sa propre fin"
 
 
 
Atteindre un taux de 70% de ...
Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son ...
   
  Lire la suite
 
 
Le peuple souverain exalté et magnifié est appelé à agir ...
 
Il est évident à la veille du référendum constitutionnel du 1er novembre prochain que le chef de l'Etat revient sur les ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous