Lundi 26-10-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Mohamed-Cherif Belmihoub : " Il faut que l'Algérie exporte autre chose que le pétrole "
 
 
Mise à jour : 26-10-2020
 

De Bordj Bou-Arreridj Ammar Zitouni

 
Au terme de sa visite de proximité aux zones d'ombre de la wilaya de Bordj Bou-Arreridj, le ministre délégué chargé de la Prospective auprès du Premier ministre, M.Mohamed-Cherif Belmihoub a rencontré samedi dans l'après-midi les représentants du mouvement associatif, de la société civile et du monde économique dont des jeunes entrepreneurs. Rencontre organisée à la Maison de la culture Mohamed Boudiaf et qui a vu une forte participation des jeunes venus des 34 communes de la wilaya. Belmihoub lors de son intervention a mis l'accent sur deux thèmes essentiels, deux sujets d'actualité : le projet de révision de la Constitution et le Plan national de relance économique. 
 
Il a d'emblée affirmé que le projet de révision de la Constitution proposé au référendum populaire le 1er novembre prochain " garantira le départ du vrai décollage de l'Algérie, le droit au développement, une forte et solide économie faisant face à tous les aléas ". M. Belmihoub a expliqué que la Constitution comme base juridique, politique et démocratique est " la Loi suprême du pays ", relevant que l'Etat est la propriété de tous à travers ses institutions au service de la nation. M. Belmihoub a expliqué lors de cette rencontre  que le citoyen aspire à profiter de toutes les infrastructures, toutes les commodités et un poste de travail, notant que tout cela est du devoir et de la mission de l'Etat envers le citoyen " L'Etat est la propriété de tous. Certes dit-il, c'est possible autour de toutes les choses on ne peut pas être d'accord mais nous devons être d'accord et convergent sur une chose à savoir : la préservation et la défense de cet Etat qui se propage à travers ses institutions consolidées par une organisation solide émanant de la volonté populaire. Et c'est là que la Constitution intervient pour organiser toutes les institutions ". Il note à ce sujet que le projet de révision de la Constitution a traité de tous les problèmes touchant à l'avenir de l'Algérie à commencer par son préambule qui consolide les fondements de la société et de la nation ainsi que les principes essentiels du vivre-ensemble : le respect de l'autre, la défense de la citoyenneté, les droits de l'Homme. " Le projet de révision de la Constitution traduit les aspirations et les mutations politiques et sociales profonde soulevées par le Hirak du 22 février 2019 pour l'édification d'une Algérie nouvelle ".
Décrivant la gestion antérieure du pays, professeur Belmihoub rappelle que " la privatisation de l'Etat était presque en marche ", soulignant que cette dérive ne doit plus avoir et qu'il faut préserver l'Etat en tant que propriété de tous et inexploitable par quiconque C'est à partir d'un Etat fort que le peuple parviendra à assurer son destin, son avenir dans la prospérité ". Pour le ministre délégué chargé de la Prospective, le projet de révision de la Constitution renforce les droits et liberté individuels et collectifs. " Le projet de revision constitutionnelle comprend 45 articles sur le renforcement des libertés individuelles et collectives ainsi que les droits ,chose qui n'existe par ailleurs même dans les Constitutions dites démocratiques ".il a expliqué dans ce sens que " les libertés ont une priorité sur la démocratie car nous ne pouvons pas faire dans la démocratie si nous manquons de liberté politique en ce qui concerne le choix et l'élection des représentants du peuple dans les assemblées élues et nationales ; les libertés économiques, le droit au travail à la couverture sociale et sanitaire ".
Abordant le volet économique, M. Mihoubi s'est voulu très explicite en abordant ce sujet avec détails et arguments notamment en ce qui concerne le Plan national de relance économique en déclarant qu'il y a urgence  pour la reconstruction de l'économie et la transformation de ses structures. " Ce plan de relance économique initié par Monsieur le président de la République est construit sur une approche très pragmatique visant des impacts immédiats sur le citoyen et les entreprises ", soulignant qu'il s'agit de combler la léthargie de l'économie nationale marquée par les gaspillages des ressources qu'a connu le pays pendant vingt ans et aussi de satisfaire aux besoins de l'économie et de la croissance Aussi a-t-il insisté sur la nécessité de remodeler l'actuel modèle économique, autant dans sa configuration institutionnelle que dans sa dimension structurelle afin de produire la croissance. Selon lui, l'économie algérienne n'est pas résiliente au regard de la crise du baril et de pétrole et celle du coronavirus (Covid-19) deux facteurs imprévus qui sont venus perturber  totalement l'ensemble du système économique. " Le défi est grand et immense et on doit l'affronter avec la meilleure la plus pragmatique pour sortir de cette crise. Une crise multidimensionnelle et dans la démarche du Plan de relance économique il faut mettre en place des actions à l'impact immédiat. " Le Plan de relance économique est construit sur une approche très pragmatique et soutenable sur la plan budgétaire et qu'il est destiné, avant la fin de l'année en cours, à se traduire par des actions à effets immédiats sur les entreprises et la vie des citoyens ". Pour lui le processus de relance économique et de croissance attendu ne nécessite pas d'aller solliciter le marché financier international au risque de voir l'indépendance de décision politique diminuée ". Mais au préalable insiste-t-il de conjuguer les efforts, d'assumer les responsabilités et les résultats pour qu'ils soient partagés ; Il explique à ce sujet : " Nous sommes de fait dans une démarche très pédagogique et inclusive afin que tous les acteurs soient intégrés dans cette démarche ".
Par la suite, le conférencier aciblé les maux qui gangrènent l'évolution et le  décollage de l'économie nationale en citant les gens qui ne produisent pas et ne participent pas à la croissance. " Un tas de facteurs de blocage qu'il faut parvenir ensemble à y mettre fin ". Il estime que le phénomène récurrent de l'investissement est la bureaucratie. Il y a deux facteurs sur lesquels nous devons lutter par la transparence et la numérisation. La bureaucratie et la corruption sont deux facteurs qui minent notre économie et sur lesquels il faut travailler sans relâche ". Il soutiendra dans le même sens qu'il faut simplifier les procédures administratives, la transparence des décisions économiques et d'investissement en luttant contre la corruption qui a ses propres circuits et qui peut se reproduire ". Il explique que la Plan de relance économique prévoit " une phase urgente carrément dominée par des réponses immédiates aux préoccupations des opérateurs économiques. Une deuxième phase visant les préparations aux conditions nécessaires aux transformations structurelles ". M. Mihoubi rappelle que le plan de relance couvre la période 2021-2022 fondée sur les préparations des conditions structurelles, indiquant aussi que le plan de relance couvre la période 2024-2025." Ce sont là les grandes réformes annoncées par Monsieur le président de la République visant une transformation globale de l'économie nationale : sortir de la dépendance des hydrocarbures, mettre en place une économie diversifiée et aller vers le marché international ", détaille encore M. Mihoubi. Selon lui, il faut que l'Algérie exporte autre chose que le pétrole tout en assurant deux objectifs majeurs : la sécurité alimentaire, la sécurité énergétique qui sont les deux enjeux les plus urgents aujourd'hui.
Lors du point de presse, le ministre délégué chargé de la Prospective répondant à une question du Maghreb de l'Economie " sur les conditions de lever les obstacles et les blocages qui minent l'économie nationale, a répondu " Il faut une révolution car l'Algérie est dans une situation extrêmement difficile :la baisse du prix du pétrole en 2014, la baisse encore plus drastique du prix du baril à la fin de 2019 et début 2020 ramenant le prix du baril de pétrole à 18 dollars. Il faut le dire, notre économie est totalement amarrée aux hydrocarbures et par conséquent la situation s'est dégradée. A présent il faut valoriser tout ce qui est local, il faut protéger la production locale même si elle est de qualité inférieure à celle de l'importation. Si cette production locale  est appelée à se développer, à s'améliorer elle sera protégée avec notamment des droits de douane additionnels en parallèle il faut faire dans la création d'entreprises surtout qu'il est à présent facile d'investir en Algérie. 
Il suffit de prendre la liste des produits importés pour y investir et les mettre sur le marché national ". Il indique  dans ce domaine qu'il existe des opportunités énormes qui doivent être exploitées rationnellement. Pour s'y faire M. Mihoubi dit " Il faut préparer le cadre institutionnel, la solution des faux problèmes d'investissement en Algérie notamment le problème du foncier. Là il ne faut pas qu'il y ait  d'obstacles avec les walis à travers le CALPIREF dont la nouvelle législation est en phase d'élaboration afin que l'offre du foncier industriel soit présente dans toutes les wilayas à condition que l'investisseur vienne avec ses capitaux mais avant tout il faut chasser les prédateurs. 
A. Z.
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
Lire aussi les articles de la même rubrique:
 
Référendum constitutionnel: " Il est nécessaire d'adopter conscience et sens de responsabilité dans le respect du protocole sanitaire", a appelé Dr Bouffes
 
Contacté par téléphone , le professeur universitaire  , membre de la délégation de l'Autorité nationale indépendante des ...
Voir détail
   
Centre universitaire de Mila: Les activités scientifiques renouent dès la venue du nouveau directeur
 
Cette aubaine tant attendue par la frange estudiantine locale, le centre universitaire baptisé au nom du Révolutionnaire Abdelhafid Boussouf, a connu récemment ...
Voir détail
   
MDN : Le chef d'état-major de l'ANP, Chanegriha Saïd en 2ème Région militaire à Oran
 
Poursuivant les visites d'inspection aux différentes régions militaires, et parallèlement au lancement du programme de préparation au combat au titre ...
Voir détail
   
Crédit populaire d'Algérie: Lancement de neuf produits issus de la finance islamique
 
Le Crédit Populaire d'Algérie (CPA) a lancé dimanche la commercialisation de neuf (9) produits de la finance islamique au niveau de ...
Voir détail
   
Micro-entreprises: Un décret fixe les attributions du ministre délégué auprès du Premier ministre
 

Par : Saïd B.

 
Le décret exécutif publié au Journal officiel n 61 fixe les missions attribuées au ministre ...
Voir détail
   
Projet d'amendement constitutionnel " L'Algérie se réconcilie avec elle-même ", estime le Premier ministre
 
Le projet d'amendement de la Constitution soumis à référendum marque la réconciliation de l'Algérie avec elle-même et avec son ...
Voir détail
   
 
 
Centre universitaire de Mila: Les activités scientifiques renouent dès la venue du nouveau directeur
Russie: Moscou accuse l'Occident de vouloir faire de la Russie un " paria" en Antarctique
Chirurgie scoliotique : 23 enfants opérés récemment à Oran
Nouveau coronavirus SARS-CoV-2 provoquant le Covid-2019 : Des chercheurs expliquent pourquoi le SARS-CoV-2 se répand mieux que le coronavirus de 2003
Selon le président Erdogan : L'Europe prépare sa propre fin"
 
 
 
Atteindre un taux de 70% de ...
Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son ...
   
  Lire la suite
 
 
Le peuple souverain exalté et magnifié est appelé à agir ...
 
Il est évident à la veille du référendum constitutionnel du 1er novembre prochain que le chef de l'Etat revient sur les ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous