Mercredi 22-10-2014
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 

Notice: Undefined variable: art_urlphoto1 in /home/maghreb/public_html/detail_actualite.php on line 127
Culture  
 
Séminaire international sur la littérature maghrébine  
 
"Pourquoi écrire en français" ?
 
 
Mise à jour : 05-12-2010
 
"Pourquoi écrire en français? " Les spécialistes disent qu'il ne faut plus poser cette question, mieux encore ; il faut la dépasser. C'est en tout cas ce qu'ont conclu les participants au séminaire international sur la littérature maghrébine d'expression française, clôturé jeudi à Batna. Ces même participants préfèrent plutôt que l'intérêt des uns et des autres soit porté sur la dimension esthétique et culturelle des textes. "La créativité n'a pas de langue", ont souligné les intervenants, estimant que la littérature maghrébine d'expression française, particulièrement la littérature algérienne, y compris celle traduite de l'arabe, "a considérablement contribué au cours de ces dernières années, et même avant, à l'enrichissement de la littérature mondiale". La littérature maghrébine d'expression française "a été et sera toujours  porteuse d'un message civilisationnel qui ouvre une fenêtre sur l'histoire,  la culture, les préoccupations et les espoirs des habitants de ce vaste espace  de la Méditerranée qu'est le grand Maghreb", ont-ils souligné. "Qui ne connaît pas aujourd'hui Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Assia  Djebbar, Rachid Boudjedra, feu Tahar Ouettar, Lamine Zaoui, Ouassini Laaredj  ou Yasmina Khadra qui sont autant de noms qui ont "brillé dans le ciel maghrébin  mais aussi dans le ciel littéraire de l'autre, au point de faire de la littérature  algérienne un phénomène étudié en Occident", a relevé le romancier et poète  Rachid Boudjedra. Le Dr. Mourida Akaichi, de l'université de Jendouba (Tunisie), qui a  consacré à l'université de Lyon (France) sa thèse de doctorat au romancier Mohamed  Dib, a reconnu que ce qui l'attire vers la littérature algérienne d'expression  française, c'est "la force expressive, la créativité, l'argumentaire et l'organisation  des textes". De son côté, le Pr. Karl Agerup, de l'université de Stockholm (Suède)  a centré son étude sur les romans de Yasmina Khadra (Mohamed  Moulessehoul),  "L'attentat" et "Les sirènes de Bagdad". Il a estimé que l'auteur y manifeste  une "ambition didactique à l'égard du lecteur occidental" lorsqu'il affirme  "je prends l'Occidental par la main et je l'emmène au commencement du malentendu.   Je le sensibilise et lui prouve que ce monde-là ne traverse pas une crise idéologique  mais politique". Pour sa part, le Pr. Guy Dugas, de l'université de Montpellier  (France), a soutenu dans sa communication: "Littérature maghrébine d'expression  française entre colonial et post colonial", qu'il n'existe pas une littérature  mais "des littératures maghrébines d'expression française".  Contraints, à une certaine période, de s'exprimer en français pour pouvoir  prendre la parole, les écrivains maghrébins ont recouru après les indépendances  au français, selon les intervenants, "pour affirmer dans la langue de l'autre,  leur identité propre et leurs spécificités sans renoncer à la langue mère".
R.C. 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
  • Hacked BY Nab007 Maroc Hacker
 
 
 
 
 
 
 
 

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
 
   
   
  Edition en PDF
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Hacked BY Nab007 Maroc Hacker
   Débats
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
 
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algérie
Administration :TEL+213 21 29 71 84
Rédaction        :TEL+213 21 23 44 54
                         TEL+213 21 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous