Lundi 26-10-2020
Rechercher un article
   
   
 
Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez-nous
 
Nation  
 
 
 
Soufiane Djilali, prsident de Jil Djadid au "Forum de la Presse " " Il est temps d'avoir un dbat pluriel "
 
 
Mise à jour : 22-10-2020
 

Par : med wali

A quelques encablures seulement qui nous séparent d'une étape très  importante dans l'histoire de l'Algérie, soit dans la perspective du référendum du 1er  Novembre prochain, les citoyens algériens auront droit à se prononcer librement sur le projet de la nouvelle Constitution. Il s'agit donc d'un objectif principal du président de la République Abdelmadjid Tebboune, qui a, au cours de sa campagne électorale et depuis son arrivée au palais de la présidence, promis des réformes profondes et fondamentales auxquelles ce projet consacre une nouvelle organisation du pays, en se focalisant sur l'équilibre des pouvoirs, la dynamisation de l'économie nationale et bien d'autres aspects se basant essentiellement sur une Algérie démocrate, de Droit, d'égalité et des libertés, mais surtout qui répondent aux espoirs et aux aspirations des Algériens et répondent aux demandes du mouvement populaire, le " Hirak ", en l'occurrence. 

A cet effet, le " Forum de la Presse " conjointement organisé entre " Le Maghreb de l'Economie " et le site d'information " Dzertic24 ", a reçu hier le président du parti Jil Djadid, Dr. Soufiane Djilali pour faire le tour d'horizon sur la thématique de cette loi fondamentale.  D'emblée, lors de son intervention notre invité a mis en avant la position de son parti qu'il préside, tout en soulignant qu'" un référendum c'est d'abord une affaire de citoyen qui va décider de son avenir et sur une période très importante. Il ne s'agit pas d'une élection ou une question d'un parti politique, c'est une question de l'organisation de l'Etat, des relations entre les institutions, mais aussi les libertés individuelles et collectives. " Poursuivant ses propos, Soufiane Djilali dira " notre rôle en tant que parti politique, ou en tant que société civile est de clarifier, d'expliciter et d'analyser ce projet de nouvelle constitution, en mettant en valeur tous les éléments qui peuvent être considérés comme positifs, et vice versa. C'est l'occasion d'avoir un débat pluriel pour expliquer au citoyen qui n'a pas les outils nécessaires pour réfléchir sur le texte, c'est à cette classe politique au sens large d'expliquer le contenu, ensuite, c'est aux Algériens de décider de leur sort.     
 
Il faut des mesures pour recréer la confiance 
Questionné par nos soins sur la rupture de confiance entre le gouvernement et le gouverné, Dr. Soufiane Djilali répond " une confiance entre une population en général et ses gouvernants relève d'une multitude de facteurs car c'est extrêmement complexe, il n'y a pas une solution à proposer pour régler ce problème. D'abord il nous faut du temps puisque c'est impossible de recouvrir la confiance très rapidement, comme il faut une série de mesures, à titre d'exemple " il faut ouvrir la scène politique à la société civile, permettre aux jeunes de s'organiser beaucoup plus facilement vers la fondation d'associations et même de partie politique, la liberté d'expression etc… Tout cela est fondateur d'une possibilité de recréer la confiance entre gouvernement et gouvernés.                 
 
" Notre tâche est d'expliquer l'amendement constitutionnel au peuple "
Le chef de file de Jil Djadid déclare que la mission adoptée par son Parti est d'expliquer la réforme constitutionnelle au peuple algérien qui aura en fin de compte le dernier mot pour trancher sur cette loi fondamentale. Tout en expliquant qu'un large éventail d'Algériens ne sont pas revenus sur toutes les modalités de l'amendement constitutionnel, qui aura lieu le 1er novembre prochain. " Jil Djadid a pris l'initiative d'expliquer minutieusement cet amendement par le biais des médias et des réseaux sociaux car la société algérienne pense que le pouvoir est loin d'être aux côtés du peuple, et que chacun cherche ses propres intérêts sans se soucier du sens de la citoyenneté ", a-t-il laissé entendre. 
 
 " Ceux qui rejettent la Constitution se contredisent "
Dr. Soufiane Djilali a répondu à ceux qui rejettent l'amendement de la constitution et à ceux qui appellent à voter " non ", en leur disant que " leurs arguments ne sont pas fondés, en particulier ceux qui rejettent la constitutionnalisation de la langue amazighe ", et de poursuivre "le Tamazight est présent dans la Constitution actuelle, comme il n'y a aucune base pour leur proposition ", a-t-il dit.  
Concernant ceux qui affirment que l'amendement constitutionnel dirige le pays vers la laïcité, notre invité a fait état que " l'article 2 de la Constitution dit franchement que "l'islam est la religion de l'État", et cela suffit pour les faire taire, tout comme l'islam n'a pas empêché une personne de ses croyances. En outre, le chef du Parti Jil Djadid a défendu l'amendement constitutionnel, soulignant que " ceux qui le rejettent sous prétexte de l'idéologie de l'éducation, il a précisé qu' " il est de notre devoir de protéger nos enfants de toutes les idéologies, et que la Constitution protègera cette catégorie d'idéologie."
 
L'amendement constitutionnel protège le juge de l'abus du pouvoir exécutif
L'amendement constitutionnel accorde une plus grande protection aux juges qui ont été auparavant à la merci du ministre de la Justice et de l'Exécutif. Interrogé sur la nouveauté de cet amendement, dans le cadre de la séparation des pouvoirs, l'invité du " Forum de la presse " a expliqué que " l'amendement offre une grande protection aux juges contre l'intrusion du pouvoir exécutif. Les juges ont souffert pendant des années tandis qu'ils ont fait l'objet de chantage. Par ailleurs, Soufiane Djilali précise que " cet amendement préserve une étape dans la nouvelle Algérie, qui exige plus de sacrifices et de travail afin d'assurer plus de liberté et une séparation des pouvoirs. " 
 
L'intervention de l'Armée hors des frontières imposée par la situation actuelle
En défendant la proposition contenue dans le projet d'amendement à la Constitution stipulant de permettre à l'Armée nationale populaire d'intervenir en dehors des frontières, soulignant que " les conflits géopolitiques imposent aujourd'hui à notre armée d'être en alerte et prête à défendre sa patrie partout dans le monde. " Djilali Soufiane a indiqué que " la situation géographique qui caractérise l'Algérie, et l'immensité de la région, nécessitent plus de prudence ", en déduisant le fameux dicton " les pays n'ont pas d'amis ", indiquant que les pays voisins souffrent actuellement d'une situation d'effondrement et de manipulations par les grandes Etats. " Cela nous fait réfléchir sérieusement à la préparation de notre armée à chaque situation d'urgence." Il a également souligné que cet article paru dans la nouvelle Constitution intervient après avoir enregistré une terrible augmentation du nombre de groupes terroristes et du crime organisé, actifs dans les pays du Sahel, qui appelle à accorder à l'Armée algérienne plus de liberté pour protéger toutes les frontières du pays de tous les dangers auxquels nous sommes confrontés. "
M.W.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Imprimer Envoyer cet article
 
 
 
 
 
Centre universitaire de Mila: Les activits scientifiques renouent ds la venue du nouveau directeur
Russie: Moscou accuse l'Occident de vouloir faire de la Russie un " paria" en Antarctique
Chirurgie scoliotique : 23 enfants oprs rcemment Oran
Nouveau coronavirus SARS-CoV-2 provoquant le Covid-2019 : Des chercheurs expliquent pourquoi le SARS-CoV-2 se rpand mieux que le coronavirus de 2003
Selon le prsident Erdogan : L'Europe prpare sa propre fin"
 
 
 
Atteindre un taux de 70% de ...
Le groupe public Naftal ambitionne d'atteindre le taux de 70% des stations-service proposant le Sirghaz d'ici les 5 prochaines années, a indiqué son ...
   
  Lire la suite
 
 
Le peuple souverain exalt et magnifi est appel agir ...
 
Il est évident à la veille du référendum constitutionnel du 1er novembre prochain que le chef de l'Etat revient sur les ...
 
 
 
 
 
   
   
  Edition en PDF
   
    Les rubriques
  Nation
  Regions
  Energie
  Reportage
  Culturelle
  Finance
  Focus
  Emploi
  Agriculture
  Multimedia
  Post Scriptum
  Conjoncture
  Zoom
  Internationnal
  Tendances et marches
  Maghreb
  Sport
  Afrique
   Débats
  Idees
  Analyses
  Contribution
  Documents
  
 
 
 
 
 
 
votant(s)| Oui: , Non:
 
 Oui Non
 
ENERGIE
Brent Londres 49,020   $/baril
WTI New York 42,250   $/baril
 
Devise Achat Vente
Dollar 113.4969 113.5119
Euro 132.7914 132.8657
Livre 150.6463 150.6862
Yen (100) 100.3332 100.3908
SAR 30.2626 30.2690
KWD 375.3204 375.7428
AED 30.8953 30.9078
 
 
 
SARL MPE
Maison de la presse Safir Abdelkader
Kouba, Alger Algerie
Administration :TEL+213 023 70 94 94
Rédaction        :TEL+213 023 70 94 61
                         TEL+21321 23 44 54
                   
  Qui sommes-nous? Abonnement Archives Publicité Contactez nous